Route des Gaules

Pont romain à Pont-Saint-Martin Pont romain à Pont-Saint-Martin

 

La route consulaire dite "des Gaules" fut le premier ouvrage public que les Romains réalisèrent en Vallée d'Aoste, pour remplacer les premiers sentiers qui menaient au-delà des Alpes. Cette importante artère routière, qui sillonnait le territoire valdôtain bifurquant à la hauteur d'Aoste, constituait une infrastructure indispensable à l'expansion militaire et politique et répondait à la nécessité de posséder des liaisons efficaces et rapides avec la Gaule et l'Allemagne. C'est précisément la position d'Augusta Prætoria, située dans une zone de passage obligé, à la convergence de deux importantes directrices - la voie qui menait au col du Petit-Saint-Bernard (Alpis Graia) et celle pour le col du Grand-Saint-Bernard (Alpis Pœnina) - qui en détermina l'importance logistique et stratégique.

La voie publique influa certainement sur l'implantation de colonies en territoire valdôtain qui s'organisèrent le long de l'axe routier; sur l'ancien tracé, en effet, se trouvaient les principaux centres de fond de vallée et les infrastructures dédiées aux fonctions spécifiques d'itinéraires: les mutationes (haltes pour le changement des bêtes de somme) et les mansiones (bâtiments équipés pour le séjour prolongé et le repos des hommes et des animaux). Toute une série de localités dénoncent clairement leur origine romaine et le lien avec la structure routière: Quart (ad quartum lapidem), Chétoz (ad sextum), Nus (ad nonum) et Diemoz (ad decimum), rappellent dans leur toponyme la distance en milles d'Aoste.

 



Retour en haut