Crédit

Au cours du premier semestre de 2016, le crédit bancaire aux clients résidant en Vallée d’Aoste a stagné : en juin, la variation sur 12 mois était de 0,4 % (contre -2,3 % fin 2015). D’autre part, une augmentation des prêts aux familles a été enregistrée (3,5 %, contre 2,1 % l’an dernier), alors que les prêts aux entreprises ont encore diminué, même si cela est moins flagrant (-3,1 %, au lieu de -4,5 %).

D’après les données encore provisoires dont nous disposons, il semble que pendant l’été, le fléchissement des financements aux entreprises se soit intensifié (-4,5 % en août), alors que les financements aux familles ont continué de progresser (3,8 %).

Si l’on considère tant les prêts bancaires que les prêts octroyés par les sociétés financières, le crédit au secteur productif de la région a décru de 3,7 % entre juin 2015 et juin 2016, dans une proportion qui est presque la même que celle de la fin de l’année précédente. Le recul des financements s’est accentué durant l’été (-5,1 % entre août 2015 et août 2016).

La baisse observée durant le premier semestre peut être attribuée à l’importante réduction des financements aux entreprises manufacturières – sur lesquelles ont pesé certaines opérations extraordinaires – et à celles du bâtiment.

En revanche, l’évolution générale a été soutenue par la croissance des prêts aux entreprises du secteur des publics utilities (grands services en réseaux) (4,1 %, sur la même période que l’année précédente), de l’immobilier (3,1 %) et des services d’hébergement et de restauration (3,6 %, en raison de la période touristique favorable).

D’un point de vue technique, les prêts à longue échéance ont encore diminué, bien que dans une moindre mesure par rapport à l’an passé. Par contre, la diminution des financements à court terme, que ce soit pour les comptes courants ou les avances de crédit et autres opérations d’autoliquidation, s’est intensifiée.

Dans le sillon de la politique monétaire expansive de l’Euro système, le coût des nouveaux prêts à moyen et long terme aux entreprises de la région s’est encore réduit durant le premier semestre 2016 pour atteindre 2,2 % en juin. Au contraire, les taux d’intérêt sur les crédits à court terme ont été plutôt stables et se sont maintenus autour de 6 %.

Au cours des six premiers mois de 2016, les prêts aux familles ont encore augmenté : entre juin 2015 et juin 2016, les financements octroyés par les banques et les sociétés financières ont enregistré une hausse de 3,2 %. Cette dynamique positive a entraîné tant le crédit à la consommation que les prêts à l’achat d’un logement principal (respectivement 7,6 % et 1,7 %).

 

 



Retour en haut