Expositions en cours

Catalogue La montagne photographiée, la montagne sculptée. Massimo Arcaro et Dante Marquet »
L’Assessorat de l’éducation et de la culture de la Région autonome Vallée d’Aoste informe que jeudi 24 mai, à 18h, sera inaugurée, en l’ancienne église Saint-Laurent d’Aoste, l’exposition « La montagne photographiée, la montagne sculptée - Massimo Arcaro et Dante Marquet ». Cette initiative est la troisième d’une série d’expositions qui mettent en relation les clichés d’un photographe avec les œuvres d’un sculpteur, pour les faire dialoguer dans les salles d’un haut lieu de la culture, en plein cœur d’Aoste. L’exposition, aménagée par Daria Jorioz, propose plus de 20 photographies en couleur de Massimo Arcaro (de 50 cm x 70 cm), ainsi qu’une sélection de sculptures sur bois de Dante Marquet (principalement en noyer, mais aussi en bouleau, en érable, en aulne et en sureau). Les clichés d’Arcaro, dont le sujet central est toujours la Vallée d’Aoste, offrent au public une vision poétique de paysages enneigés, d’animaux ou de fleurs, immortalisés par un photographe qui joue subtilement avec la lumière, comme on peut le voir clairement dans ses macrophotographies, où sa maîtrise parfaite de l’appareil photographique est plus qu’évidente. Les sculptures de Marquet expriment, quant à elles, le profond attachement du sculpteur pour sa terre, à travers des scènes de la vie et du travail des paysans, où l’artiste reproduit les outils agricoles traditionnels avec une grande minutie. Ses œuvres, qui évoquent aussi les légendes populaires, représentent souvent des personnages ou des animaux, mais le public sera également enchanté par les jouets de Marquet, ces tatà qui dénotent un talent créatif et suggestif remarquable. L’Assesseur à l’éducation et à la culture souligne que cette exposition constitue pour Massimo Arcaro comme pour Dante Marquet une véritable reconnaissance institutionnelle, que l’Assessorat est heureux d’attribuer à ces deux artistes passionnés par la Vallée d’Aoste et qui la décrivent avec tant d’authenticité. Massimo Arcaro est né Aoste et sa passion pour la photographie remonte aux années 1980, quand il utilise son appareil photo pour documenter ses activités liées à l’alpinisme. Au fil des années, son intérêt pour la photographie grandit et, suite à l’apparition du numérique, il décide de se consacrer plus particulièrement à la photographie de la nature. Il participe alors à plusieurs concours : en 2012, il se place au second rang absolu du concours « Photographier le parc » organisé par les Parcs nationaux italiens du Grand-Paradis, du Stelvio et des Abruzzes, du Latium et du Molise, ainsi que par le Parc national français de la Vanoise ; en 2014, il gagne le premier prix du concours national Mountain 4 colours, organisé par la Fondation Grand-Paradis ; en 2015, c’est à lui que revient le premier prix de la catégorie « Monde végétal » et le second de la catégorie « Micromonde » ; en 2016, il s’adjuge le deuxième prix de la catégorie Una montagna di fiori, ainsi que celui du 12e concours Animali in scena de la Fondation Grand-Paradis, alors qu’en 2017, il remporte une nouvelle fois le second prix dans la catégorie « Micromonde », consacrée à la macrophotographie. Dante Marquet (Aoste, 1963) découvre le travail du bois grâce à son père, Avio, qui était agriculteur, mais aussi menuisier et sculpteur à Arpuilles. Il expose à la Foire de Saint-Ours d’Aoste depuis 1973 et participe à l’exposition-concours depuis 1981. Ses premières créations sont des masques en écorce de mélèze, de petits coqs et des cornailles. Par la suite, il utilise l’essence de noyer pour sculpter sur bois des personnages occupés par les travaux de la montagne. Les gestes et les outils agricoles représentés par Marquet s’inspirent de son expérience personnelle, ainsi que des légendes et des récits de notre région, qui transmettent la mémoire collective. Parmi les nombreux prix qui lui ont été décernés dans le cadre de la Foire de Saint-Ours, l’on peut citer ses premiers prix de sculpture en 1988, 1989, 1990, 1991 et 1999, ses premiers prix dans la catégorie « Jouets » en 1994, 2010 et 2014, ainsi que ses troisièmes prix dans la catégorie « Outils agricoles » en 2014 et 2016. L’exposition « La montagne photographiée, la montagne sculptée - Massimo Arcaro et Dante Marquet » est assortie d’un catalogue conçu par Daria Jorioz et publié par la Typographie valdôtaine, en vente au prix de 10 euros. L’exposition, dont l’entrée est libre, restera ouverte jusqu’au 9 septembre 2018, de 10h à 13h et de 14h à 18h du mardi au dimanche et sera fermée le lundi. Pour tout renseignement complémentaire : Assessorat de l’éducation et de la culture Structure Expositions : 0165 275937 Courriel : u-mostre@regione.vda.it Ancienne église Saint-Laurent : 0165 238127 Site internet : www.regione.vda.it

Eglise Saint-Laurent - Aoste
24 Mai 2018 - 9 September 2018

Collezionare… Non solo monete. à l’occasion du soixantième anniversaire du Centre Numismatique Valdôtain
L’Assessorat de l’éducation et de la culture de la Région autonome Vallée d’Aoste informe qu’à l’occasion du soixantième anniversaire du Centre Numismatique Valdôtain, vendredi 18 mai 2018 à 18h, dans la salle d’exposition de l’Hôtel des États d’Aoste, sera inaugurée l’exposition Collezionare… Non solo monete. Cet événement, fruit de la collaboration entre les membres du Centre Numismatique Valdôtain et le personnel de la structure régionale « Expositions », a été monté pour célébrer le soixantième anniversaire de la fondation du Centre et propose quelques nouveautés par rapport aux expositions organisées précédemment. En effet, le public pourra découvrir ici des monnaies provenant de Chine et d’Afrique centrale jamais exposées auparavant en Vallée d’Aoste et qui constituent des formes de paiement très anciennes, mais aussi des papiers-monnaies, des médailles et des jetons, que les entreprises et les activités commerciales valdôtaines ont réalisé et donné à leurs employés ou à leurs clients immédiatement ou juste après la Deuxième Guerre mondiale. La célébration des soixante ans du Centre Numismatique Valdôtain est particulièrement significative – souligne l’Assesseur à l’éducation et à la culture – car c’est là une association culturelle dont l’engagement des membres contribue à maintenir l’intérêt pour le collectionnisme et, en particulier, pour la numismatique. Au fil des années, le Centre Numismatique Valdôtain, dont l’œuvre de divulgation mérite d’être signalée, a constitué une importante bibliothèque de textes numismatiques, qui est conservée dans ses locaux, à Aoste. Celle-ci rassemble aujourd’hui plus de 1600 volumes, dont certains sont extrêmement rares et précieux. En outre, l’association a monté plusieurs expositions, dont « La monnaie de l’Antiquité à nos jours » en 1984, à la tour Fromage d’Aoste et « Monnaie - Expression de volonté de puissance » en 2008, au Musée Archéologique Régional. L’exposition Collezionare… Non solo monete, dont l’entrée est libre et qui est fermée le lundi, restera ouverte jusqu’au dimanche 19 août 2018, du mardi au dimanche, de 10h à 13h et de 14h à 18h. Pour tout renseignement complémentaire : Assessorat de l’éducation et de la culture Structure « Expositions » : 0165 27 59 37 Courriel : u-mostre@regione.vda.it Salle d’exposition de l’Hôtel des États : 0165 30 05 52 www.regione.vda.it

Salle des expositions de l’Hôtel des Etats - Aoste
18 Mai 2018 - 18 Août 2018

Catalogue Nicola Magrin. La trace du récit
L’Assessorat de l’éducation et de la culture informe que, vendredi 4 mai 2018 à 18 h, au Centre Saint-Bénin d’Aoste, se tiendra l’inauguration de l’exposition Nicola Magrin. La trace du récit. L’exposition d’Aoste, conçue par Daria Jorioz, présente environ soixante-dix aquarelles sur papier, de petites, moyennes et grandes dimensions, réalisées entre 2009 et 2018, qui retracent les thèmes préférés de cet artiste : le parcours intérieur de l’homme et son rapport avec la nature sauvage, la représentation des forêts et des animaux sauvages, la montagne et les paysages nocturnes. Auteur apprécié par le public pour son intense activité d’illustrateur, Nicola Magrin a réalisé pour Einaudi les couvertures des œuvres de Primo Levi. Il est également l’auteur des couvertures de Il richiamo della foresta de Jack London et de celle du roman de Paolo Cognetti, Le otto montagne, qui a remporté le prix Strega en 2017 et a été traduit en 39 langues. L’Assesseur à l’éducation et à la culture souligne que les aquarelles de Nicola Magrin représentent un éloge de la montagne et de la nature vierge et que cette exposition accompagne le visiteur à la découverte d’un artiste d’une grande sensibilité ayant su conjuguer efficacement l’art et la littérature, en synthétisant dans une seule image les œuvres d’écrivains importants. L’exposition Nicola Magrin. La trace du récit, aménagée au Centre Saint-Bénin d’Aoste, révèle la maturité expressive d’un auteur qui a choisi l’aquarelle comme technique artistique exclusive. Elle présente au public des œuvres de grandes dimensions comme Walking (300x114 cm) et L’infinito (58x250 cm), une sélection de planches originales des illustrations du livre de Folco Terzani, Il Cane il Lupo e Dio, et de nombreuses créations réunies par groupes thématiques, de la série Betulle aux Notturni, et du Lupo e uomo à In baita. L’aménagement est complété par une vidéo réalisée dans l’atelier de l’artiste qui documente sa technique picturale. La commissaire de l’exposition, Daria Jorioz, écrit dans le catalogue : « Il ressort des œuvres sur papier de Magrin un intimisme minimaliste : elles semblent nées de la lumière froide d’une journée neigeuse et du silence de l’hiver en montagne. L’artiste y privilégie la dimension nordique d’une aube laiteuse ou les tons froids d’un après-midi dans la nature silencieuse, pour culminer, dans ses travaux Notturni, en une nuit très étoilée ». Nicola Magrin est né à Milan en 1978 et s’est diplômé à l’Académie des beaux-arts de Brera de Milan en 2004, avec une thèse sur le peintre espagnol Miquel Barceló (1957). Il a présenté sa première exposition personnelle en 2002 : Portraits, galerie Blanchaert, Milan. En 2008 il a été sélectionné pour une résidence d’artiste à New York, au Harlem Studio Fellowship de Montrasio Arte. En 2010 il a participé au Premio ArtiVisive San Fedele 2009-2010, à la galerie San Fedele de Milan. En 2012 il a présenté son exposition personnelle Wolves, à la Leo Galleries de Monza et participé à l’exposition collective Naturales Quaestiones, à l’Arengario de Monza. En 2014 il présente deux expositions personnelles : Di Notte, au Spazio 1929 de Lugano, et Dall’erba dei campi alle stelle del cielo, à la galerie Salamon & C. Arte Contemporanea de Milan. En 2017 il a participé, à Estoul en Vallée d’Aoste, à la première édition de la manifestation Il richiamo della foresta. Il a illustré les œuvres de Primo Levi, Le otto montagne de Paolo Cognetti, Il silenzio d’Erling Kagge et Alpi ribelli d'Enrico Camanni (Editori Laterza), l’œuvre de Matteo Righetto (Tea) et de Tiziano Terzani (Tea). Son premier livre illustré Il Cane, il Lupo e Dio, sur un texte de Folco Terzani a été publié en 2017 par Longanesi. Il vit et travaille à Monza. L’exposition Nicola Magrin. La trace du récit sera ouverte jusqu’à dimanche 7 octobre 2018, du mardi au dimanche, de 10h à 13h et de 14h à 18h (fermé le lundi). Le catalogue bilingue italien-français, publié par Silvana editoriale, qui contient des textes de Daria Jorioz, Paolo Cognetti et Monica Aldi, est vendu au prix de 25 euros. Le coût du billet d’entrée s’élève à 6 euros (plein tarif) et à 4 euros pour les tarifs réduits ; la réduction est de 50 % pour les membres d’Alpitur. L’entrée est gratuite pour les moins de 18 ans et les classes des écoles. Il sera également possible d’acheter un billet couplé avec l’exposition Gabriele Basilico. La ville et le territoire, qui sera ouverte à partir du 28 avril 2018 au Musée Archéologique Régional d’Aoste, au prix de 10 euros, plein tarif, et de 6 euros, tarif réduit. Pour tout renseignement : Assessorat de l’éducation et de la culture Région autonome Vallée d’Aoste Tél. +39 0165 272687 ou 0165 275937 Site internet : www.regione.vda.it Courriel : u-mostre@regione.vda.it

Centre Saint-Bénin - Aoste
4 Mai 2018 - 7 Octobre 2018

Catalogo Gabriele Basilico. La ville et le territoire
L’Assessorat de l’éducation et de la culture de la Région autonome Vallée d’Aoste informe que vendredi 27 avril 2018, à 18h, au Musée Archéologique Régional d’Aoste, aura lieu l’inauguration de l’exposition Gabriele Basilico. « La ville et le territoire ». Cette initiative rend hommage au talent du grand photographe Gabriele Basilico (Milan - 1944-2013) à travers 200 clichés environ, dont une importante sélection d’images de la Vallée d’Aoste. Conçue par Angela Madesani, elle bénéficie de la collaboration de Giovanna Calvenzi, des Archives Gabriele Basilico et de l’Académie d’architecture de Mendrisio (Université de la Suisse Italienne). L’Assesseur à l'éducation et à la culture déclare : « Je suis particulièrement heureuse de présenter, dans le cadre du programme des expositions régionales de l’Assessorat de l’éducation et de la culture, cette importante manifestation consacrée à l’un des meilleurs représentants de la photographie contemporaine internationale, qui a souvent représenté le territoire de notre région ». Le parcours d’exposition - divisé par secteurs de recherche plutôt que par périodes chronologiques - commence par l’un des travaux les plus connus de Gabriele Basilico : Milano Ritratti di fabbriche (1978-1980), qui a marqué le début des recherches de l’artiste sur les grandes villes du monde. Il se poursuit avec quelques clichés inédits et en couleurs de Beyrouth après sa reconstruction (2011), puis avec une série de photographies de diverses métropoles : Shanghai, Rio, Istanbul et Moscou. Il propose aussi des photos de montagne, notamment de la Vallée d’Aoste et du col du Saint-Gothard, en Suisse, qui mettent en évidence les transformations du paysage contemporain. L’exposition présente également 96 clichés issus de la recherche Sezioni del paesaggio italiano, effectuée par Basilico avec Stefano Boeri pour la Biennale d’architecture de Venise en 1998, ainsi que des photographies réalisées en 1996, en collaboration avec l’architecte Luigi Snozzi, dans le cadre d’une autre enquête importante dans une petite ville suisse, Monte Carasso - qui est aujourd’hui une banlieue de Bellinzone -, pour documenter la transformation de la ville grâce aux travaux mis en œuvre par ce même Luigi Snozzi. La visite se termine par une sélection de clichés de paysages réalisés en des lieux divers et pour des occasions différentes, comme par exemple la Mission Photographique de la DATAR (1984-1985), en France. L’exposition, qui présente aussi plusieurs vidéos consacrées à Gabriele Basilico, a été supervisée par Raffaella Resch et produite par les éditions Scalpendi. Son catalogue, publié chez Scalpendi et en vente au prix de 30 euros à la boutique du MAR, propose des textes signés Angela Madesani, Giovanna Calvenzi et Daria Jorioz. L’exposition restera ouverte tous les jours jusqu’au dimanche 23 septembre 2018, de 9h à 19h. Le coût du billet d’entrée s’élève à 6 euros (plein tarif) ; à 4 euros pour les tarifs réduits et à 3 euros pour les membres du Touring Club Italiano et d’Alpitur. L’entrée est gratuite pour les moins de 18 ans et les classes des écoles. Il est possible d’acheter un billet couplé avec l’exposition « Nicola Magrin. La trace du récit », qui sera ouverte à partir du 5 mai 2018 au Centre Saint-Bénin d’Aoste, au prix de 10 euros, plein tarif, et de 6 euros, tarif réduit. Pour tout renseignement : Assessorat de l’éducation et de la culture Région autonome Vallée d’Aoste Tél. +39 0165 275902 ou 0165 275937 Site internet : www.regione.vda.it Courriel : u-mostre@regione.vda.it

Musée archéologique régional - Aoste
27 Avril 2018 - 23 September 2018

 




Retour en haut