Medievalia

MEDIEVALIA
           La vie aux alentours du couvent Saint-François
31 mai - 15 juin 2014

Sous la coordination du MAR-Musée Archéologique Régional, ainsi que de la structure « Restauration et valorisation », des archéologues et des restaurateurs ont contribuéà la formation des jeunes élèves de l’école Saint-François, la plus ancienne d’Aoste, qui – dans le cadre d’un atelier – ont approfondi leurs connaissances sur l’histoire de l’ancien couvent Saint-François, la vie quotidienne d’autrefois et les différentes activités du Moyen-Âge.

Dès la rentrée, les élèves des écoles maternelles de Signayes, d’Excenex et de l’école Rodari d’Aoste, ainsi que les élèves des écoles élémentaire et moyenne du premier degré de l’institution scolaire Saint-François ont participé au projet interdisciplinaire, dénommé« Patrimoine », dont la principale finalité est de stimuler la curiosité des élèves grâce à un apprentissage actif.
Afin de permettre aux enfants de prendre conscience de la manière dont l’histoire de l’école, du quartier, de la ville d’Aoste et de la Vallée d’Aoste s’inscrit dans une réalité plus vaste, cinq ateliers inédits ont été réalisés :

-  Braghe… pillole di moda medievale« Vêtements… un concentré de mode médiévale » (Katia Gianotti)

-  Geometria di Dio« Géométrie divine » (Cinzia Payn)

-  Lo scriptorium « Le scriptorium » (Leila Colombo et Sara Pellicoro du Studio Vellum de Cividale del Friuli)

-  La ceramica in architettura« La céramique dans l’architecture » (Katia Gianotti)

-  Sinopia? Il buon fresco« Sinopia (dessin préparatoire) ? La bonne fresque » (Katia Gianotti).

Les ateliers ont complété les leçons frontales et le travail effectué en classe sur l’étude et la réélaboration du « cantique des créatures », sur les expériences graphiques et musicales, ainsi que sur l’éducation à l’interprétation des architectures sacrées et militaires. Des herbiers et des recherches sur les principales plantes officinales ont également été réalisés, dans le but de recréer la « pharmacie du bon Dieu ». Coordonnés par leurs enseignants et par des professionnels, les élèves ont participé concrètement au projet, en en devenant eux-mêmes acteurs : peintres de fresques, copistes, ainsi qu’artisans spécialisés dans la préparation du bon enduit sur lequel peindre ou dans la réalisation de formes en terre cuite sur lesquelles l’on peut imprimer, exceptionnellement, ses propres armoiries. Avec des tissus de récupération, ils ont également pu réaliser d’intéressants modèles de vêtements médiévaux, après les avoir revisités, en s’inspirant de ceux qui sont représentés dans les « lunettes » du château d’Issogne.

 



Retour en haut