EDITORIAL
EDITORIAL
par Franco Vallet
Assesseur au Territoire, à l'Environnement et aux Ouvrages Publics
L'eau, sous toutes ses formes, est l'un des éléments les plus fascinants du paysage des Alpes, qu'il s'agisse des chutes écumantes représentées sur les gravures, de la transparence verte des glaciers ou de l'émail azuré des lacs de haute montagne.
Mais de l'eau, sous forme d'inondations ou d'avalanches, le montagnard a aussi toujours dû se protéger, comme les événements récents nous l'ont tristement rappelé.
C'est ainsi qu'à côté de la vision idyllique de l'eau, une autre conception de cet élément s'est peu à peu imposée, celle d'un facteur inquiétant à contrôler et à tenir à l'écart.
Compte tenu des nouvelles perspectives économiques, la valeur de l'eau appelle aujourd'hui quelques réflexions, en raison de l'ampleur de la demande du secteur touristique. Car l'eau, qu'elle se fasse neige ou glace, eau courante ou stagnante, doit redevenir l'élément central du paysage valdôtain.
Nous devons faire face à un phénomène complètement nouveau : la nécessité de conjuguer nature, culture et sécurité sur les bords de nos cours d'eau. La réalisation de cet objectif, encore en grande partie expérimental, implique l'adoption d'une attitude ouverte, mais prudente et susceptible d'évolution, une croissance à la fois technique et décisionnelle, ainsi que la capacité de trouver, dans le cadre d'une discussion à l'échelon local, les solutions qui répondent le mieux aux multiples exigences des parties en cause.
Voilà pourquoi nous avons élaboré une réponse politique à ce problème : le " Projet de Plan régional des eaux ", qui a été adopté, définit les lignes de gestion des ressources hydriques valdôtaines dans un cadre unitaire et global d'objectifs, de méthodes et d'instruments. Il précise les actions nécessaires pour équilibrer, d'une part, la conservation et la remise en état d'un régime hydrique compatible avec la protection des écosystèmes, les usages récréatifs et l'aménagement du territoire et, d'autre part, la réponse aux besoins hydriques de l'essor économique et social de notre région. Ce Projet de Plan constitue donc le cadre de programmation unitaire au sein duquel nous pourrons développer les instruments spécifiques de protection prévus par la législation nationale et régionale et l'outil de planification même des actions de préservation de l'eau en tant que ressource, dans une optique de développement durable.

Dans l'éditorial du numéro 6, au mois de décembre 1998, j'ai assuré à tous les lecteurs d'Environnement que la publication de cette revue ne serait pas interrompue. Presque cinq années se sont écoulées et nous sommes arrivés au numéro 23 ; nous avons augmenté le tirage, étendu la distribution et nous publions intégralement les textes et les photos de la revue sur notre site Internet, afin de constituer une base de données importante. Et puis, surtout, nous avons examiné les grands thèmes relatifs au territoire et à l'environnement de notre région, en prêtant une attention particulière à nos ressources.
De manière concrète et technique, par des raisonnements sérieux et constructifs, nous avons périodiquement amené jusqu'à vous le point de vue de l'administration, mais aussi celui des collectivités locales, d'experts, de professionnels et de référents d'autres réalités ou régions. Et le succès d'Environnement nous démontre que vous avez apprécié notre choix.
A tous les lecteurs, j'adresse mes meilleurs vœux pour l'avenir et, à mon successeur, le souhait qu'il puisse poursuivre la publication de cette revue passionnante
 
Pagina a cura dell'Assessorato territorio, ambiente e opere pubbliche © 2020 Regione Autonoma Valle d'Aosta
Condizioni di utilizzo | Crediti | Contatti | Segnala un errore