AMBIENTE
Il I7 luglio di quest'anno la Valle d'Aosta ha ufficialmente aderito alla Carta di Valencia per l'ambiente, aggiungendosi alle 70 regioni europee che già l'hanno sottoscritta.
REGIONI EUROPEE PER L'AMBIENTE
di Nicola Tartaglione
La prossima conferenza delle regioni europee per l'ambiente si terrà in Irlanda nel 1999.Si è svolta a Göteborg (Svezia), dal 18 al 20 giugno 1997, la terza conferenza delle regioni europee per l'ambiente, alla quale hanno partecipato circa 160 persone tra Assessori, Ministri e Dirigenti regionali, in rappresentanza di 70 regioni europee.
La decisione di organizzare un momento di coordinamento e di sintesi fra le varie regioni europee in materia ambientale aveva trovato, nel dicembre 1993, la sua origine nell'iniziativa del Ministro dell'ambiente della Regione Vallonia (Belgio) di riunire l'insieme dei responsabili politici e tecnici dell'ambiente a Bruxelles.
La seconda conferenza delle regioni si è tenuta nel 1995 a Valencia (Spagna) e in quella occasione è stata elaborata una Carta delle regioni europee per l'ambiente contenente una definizione dei ruoli, degli obiettivi e degli strumenti ai quali le regioni si richiamano indicando, nel contempo, la centralità delle loro funzioni e posizioni riguardo le politiche ambientali in generale. La Carta di Valencia è stata via via sottoscritta, per adesione, da numerose regioni europee. In occasione della Conferenza di Göteborg è stato annunciato che le adesioni alla Carta avevano raggiunto il numero di settanta. Anche la Valle d'Aosta, con provvedimento deliberativo n. 2411 del 7 luglio scorso ha aderito alla Carta ed agli impegni che ne derivano.
Scopo principale delle conferenze delle regioni europee per l'ambiente, che si svolgono con cadenza biennale è quello di contribuire ad uno scambio di esperienza in campo ambientale e di favorire i contatti, anche personali, fra i responsabili tecnici di questo specifico settore, al fine di sviluppare azioni comuni che possano permettere una concreta applicazione di uno sviluppo sostenibile nelle singole regioni, in conformità alle indicazioni di contenuto generale previste nella Carta di Valencia. Questo tipo di sviluppo punta principalmente su due fattori: la protezione dell'ambiente, tramite la preservazione degli ecosistemi e della biodiversità, l'utilizzazione sostenibile delle risorse e la drastica riduzione delle fonti di inquinamento e il miglioramento della qualità della vita, con un organico sviluppo sociale e umano.

Alla recente conferenza di Göteborg si è fatto il punto della situazione e si sono elaborati i programmi per il futuro; erano presenti 7 regioni italiane (Lombardia, Marche, Emilia Romagna, Toscana, Abruzzo, Valle d'Aosta e la provincia di Bolzano). Per la Valle d'Aosta hanno partecipato l'Assessore dell'Ambiente, Urbanistica e Trasporti, Elio Riccarand e il Direttore della Direzione Ambiente, Nicola Tartaglione. Di particolare spicco la partecipazione delle regioni spagnole, in primo luogo la Catalogna, che ha inviato una sua nutrita rappresentanza. In definitiva, un appuntamento utile al quale è opportuno partecipare perché dal confronto fra le varie regioni d'Europa possono nascere stimoli per iniziative più incisive nel campo ambientale. Secondo i programmi definiti a Göteborg la prossima conferenza si terrà nel 1999 in Manda e sarà possibile, per allora, verificare i progressi fatti e i differenti approcci con i quali è stata affrontata la complessa tematica ambientale.
 

LA CHARTE DES RÉGIONS EUROPÉENNES POUR L'ENVIRONNEMENT
1 ROLE DES RÉGIONS DANS LA POLITIQUE D'ENVIRONNEMENT

1.1 Nous, Régions de l'Union européenne, déclarons que, compte tenu de notre responsabilité commune en matière de protection de l'environnement envers les générations présentes et futures, nous considérons le développement d'une politique d'environnement comme l'une de nos tâches essentielles et que, par conséquent, des considérations environnementales influenceront la mise en oeuvre de toutes nos politiques sectorielles.
1.2 Nous sommes conscients que les problèmes globaux d'environnement ne peuvent être résolus que grâce à une coordination des sections à tous les niveaux. Selon le principe "penser globalement, agir localement ", les gouvernements régionaux peuvent apporter des solutions à l'échelle régionale.
1.3 Nous avons la ferme conviction qu'en tant " qu'autorités compétentes ", nous devons, selon nos différents niveaux de compétences, nous impliquer dans le processus de définition et d'application de la politique européenne en matière d'environnement.

2 OBJECTIFS DE LA POLITIQUE D'ENVIRONNEMENT ;
2.1 Nous, Régions d'Europe, reconnaissons comme objectif fondamental de nos politiques d'environnement, la conservation, la protection et l'amélioration de la qualité du milieu vital (air, eau, sol) et de la biodiversité, et qu'il est essentiel, dans le même temps, de contribuer à un développement économique et social durable.

3 INSTRUMENTS DE LA POLITIQUE D'ENVIRONNEMENT
3.1 Pour atteindre les objectifs mentionnés ci-dessus, nous, Régions de l'Union européenne, utiliserons tous les instruments dont nous disposons, tels que :
- la législation,
- l'aménagement du territoire,
- la coordination des politiques publiques, politiques fiscales et financières,
- les systèmes d'information,
- les instruments du marche,
- l'éducation et la formation.

4 INTEGRATION DE DISPOSITIONS ENVIRONNEMENTALES DANS TOUTES LES POLITIQUES
4.1 Nous, Régions de l'Union européenne, pensons que l'integration de considérations environnementales dans la formulation et l'application de nos différentes politiques est fondamentale pour progresser vers l'objectif d'un développement durable. Une protection accrue de l'environnement rentrera dans tous nos domaines de compétence et dans toutes nos actions.
4.2 Pour donner l'exemple à d'autres acteurs économiques, nous nous engageons à agir selon ces orientations dans la gestion de nos propres organisations et à les prendre en compte quand nous ferons appel aux services d'autres organisations. En particulier, nous nous proposons comme objectif de réduire au minimum l'impact qu'auront sur l'environnement les opérations réalisées ou promues par nos administrations.
4.3 Nous pensons que le commerce et l'industrie doivent contribuer à la recherche de solutions aux problèmes d'environnement. C'est la raison pour laquelle nous encourageons les entreprises à participer au système communautaire d'écogestion et d'éco-audit, ainsi qu'à la démarche de compatibilite écologique et d'analyse du cycle de vie des produits.
4.4 Nous sommes convaincues de la nécessité d'une réduction de la circulation automobile, en privilégiant des modes de transport plus respectueux de l'environnement : en conséquence, nous nous engagerons à prendre des initiatives pour atteindre cet objectif, notamment pour promouvoir les systèmes intégrés de transport.
4.5 Nous pensons que l'utilisation rationnelle de l'energie est un important critère de progrès en faveur du développement durable. Nous encourageons les actions visant à économiser l'energie provenant de sources non renouvelables, à améliorer l'efficacité de la convertion d'énergies primaires en energie appliquée et à développer l'utilisation de sources d'energie renouvelables.
4.6 Nous pensons également que l'utilisation rationnelle de l'eau, grâce à une gestion responsable garantissant sa qualité et protégeant les écosystèmes, est un facteur essentiel pour progresser vers le développement durable et éviter la désertification dans certaines zones de l'Europe. Des efforts seront faits pour favoriser la planification, l'economie, l'utilisation rationnelle et le recyclage de l'eau.
4.7 Nous encouragerons l'usage des pratiques agricoles traditionnelles compatibles avec la conservation des espaces naturels et dans tous les cas, l'adoption généralisée, par les agriculteurs, de mesures plus strictes de protection de l'environnement.
4.8 Nous sommes convaincues que les forêts sont une ressource de grande importance et, en conséquence, nous encouragerons tous les acteurs concernés à développer et mettre en oeuvre des stratégies forestières régionales prenant en compte les différents besoins des Régions, afin de maintenir une gestion durable de cette ressource.
4.9 Nous pensons que le tourisme est un secteur économique d'une grande importance actuelle et future, c'est pourquoi nous nous engageons à utiliser les instruments dont nous disposons pour rendre son développement compatible avec la préservation du patrimoine naturel et de la qualité de l'environnement.

   
Pagina a cura dell'Assessorato territorio, ambiente e opere pubbliche © 2021 Regione Autonoma Valle d'Aosta
Condizioni di utilizzo | Crediti | Contatti | Segnala un errore