Les origines et le remaniement du XVIIIe siècle

Les premières attestations de documentation d'une résidence fortifiée sur le territoire de Sarre contrôlée par les seigneurs de Bard, remontent à la première moitié du XIIIe siècle.
En 1242, le comte de Savoie, Amédée IV passe un accord avec le vicomte d'Aoste, Godefroy de Challant, pour contrecarrer Hugues de Bard seigneur du lieu qui s'était rebellé contre son autorité. Le traité établissait, entre autres, l'assignation du château de Sarre aux petits-enfants d'Hugues, étrangers à la révolte. L'un d'eux, Jacques fut probablement le premier à prendre le titre de seigneur de Sarre.
Après l'extinction de la famille, la fortification est confisquée par le comte de Savoie et concédée ensuite en fief à Henri de Quart. À la mort de ce dernier (1377), en l'absence d'héritiers mâles, le château revient dans les mains du comte qui le redonne en fief, en 1405, à Thibaud de Montagny.

À partir de ce moment, diverses familles propriétaires se succédèrent parmi lesquelles les barons Genève-Lullin et Roncas, jusqu'à ce qu'en 1708 le manoir soit acheté par Jean-François Ferrod. Industriel et spéculateur, il reconstruisit complètement le château, laissant seulement intacte la tour. L'historien Jean-Baptiste de Tillier, qui avait pu observer l'édifice avant son remaniement, rapporte que les interventions furent plutôt imposantes et concernèrent aussi la zone extérieure adjacente.
L'aventure ambitieuse de Ferrod n'eut cependant pas un résultat heureux: il finit sur le pavé à cause de spéculations mal menées. Le baron mourut en prison en 1730. L'édifice, transformé en une belle demeure moderne, revint aux héritiers des précédents propriétaires à cause d'une hypothèque, pour appartenir ensuite à d'autres familles.

 



Retour en haut