Chapelle

La décoration picturale du château de Fénis, que Boniface Ier de Challant a fait exécuter aux environs de 1415, reflète les tendances du gothique international, le langage artistique qui fleurit dans les grandes cours européennes à la fin du XIVe siècle. Les fresques décorent les deux principaux espaces de représentation, la cour et la chapelle.
Pendant longtemps, la critique les a attribués à Giacomo Jaquerio, le principal représentant de la peinture piémontaise dans la première moitié du XVe siècle, qui travaillait à la cour de Savoie pour le duc Amédée VIII et à Pinérole pour les princes d'Acaja. Les études les plus récentes tendent à exclure l'intervention directe du maître, même si on doit l'exécution du cycle à un atelier étroitement connexe aux modèles de Jaquerio.

La chapelle du château de Fénis occupe la partie orientale du vaste espace reconnaissable dans la "salle de la chapelle" mentionnée dans l'inventaire de 1551. À l'origine, elle était probablement séparée du salon de représentation adjacent par une fermeture en bois, qui n'existe plus aujourd'hui, mais qui était semblable à celle présente dans la chapelle du château d'Issogne.

Les dimensions de cette pièce destinée aux célébrations religieuses peuvent cependant encore se reconnaître aisément.
Par rapport à la décoration aux motifs géométriques présente dans tout le salon de représentation, ici on remarque des fresques à sujet sacré: sur les murs latéraux sont peints les apôtres et divers saints, disposés en deux ordres superposés.

Sur le mur oriental, au centre duquel s'ouvre une grande fenêtre, sont peintes respectivement: sur la droite, comme toile de fond à l'autel, la scène de la Crucifixion et, sur la gauche, la Sainte Vierge de Miséricorde qui accueille sous son manteau une foule de fidèles.
Dans certains personnages agenouillés, on peut identifier probablement des personnages de la famille Challant parmi lesquels le commettant Boniface Ier au premier plan à droite, avec la houppelande rouge.

 



Retour en haut