Qui sommes-nous ?

L’histoire

La création officielle du Corps valdôtain des sapeurs-pompiers date du 1er janvier 2000, jour d’entrée en vigueur de la loi régionale n° 7/1999 et, depuis lors, le Corps est dirigé par le Commandement régional des sapeurs-pompiers.

Mais l’histoire des sapeurs-pompiers de la Vallée d’Aoste est bien plus longue.

Le 18 septembre 1762, une première pompe à incendie fait son apparition à Aoste : achetée à Genève, elle avait été payée grâce à une collecte publique. Vu son efficacité, une deuxième pompe fut achetée en 1779.

En 1780, le Conseil communal d’Aoste, sensible aux problèmes de sécurité de la ville, demanda à l’évêque l’autorisation d’entreposer une des pompes dans une annexe de la chapelle Saint-Grat, donnant sur la rue qui s’appelle encore aujourd’hui « ruelle des pompes » ; la deuxième pompe fut laissée à la disposition du bourg. C’est ainsi que les locaux de la ruelle des pompes ont certainement constitué le premier siège du Corps municipal des pompiers d’Aoste, qui s’organisait peu à peu.

En 1842, les autorités municipales d’Aoste instituèrent un premier corps. Le jour de la Saint-Grat, la compagnie des pompiers fit sa première apparition, avec son uniforme caractéristique : elle était composée de 61 hommes, coordonnés par l’avocat Martinet qui exerçait les fonctions de capitaine. Le règlement du Corps des pompiers fut approuvé par le Conseil communal d’Aoste le 22 avril 1885, puis par le Ministère de l’intérieur, le 28 juillet de cette même année.

Le décret-loi du roi n° 2472 du 10 octobre 1935 (publié sur la Gazzetta Ufficiale n° 32 du 8 février 1936) portant organisation provinciale et coordination nationale des services de pompiers, et le décret du roi n° 470 du 9 mars 1936 (publié sur la Gazzetta Ufficiale n° 75 du 31 mars 1936) portant dispositions pour la première application du décret-loi n° 2472 du 10 octobre 1935 sur l’organisation provinciale et la coordination nationale des services de pompiers, prévoient une organisation provinciale des corps des pompiers.

Le décret-loi du roi n° 333 du 27 février 1939 (publié sur le supplément ordinaire de la Gazzetta Ufficiale n° 49 du 28 février 1939) et la loi n° 1570 du 27 décembre 1941 (publiée sur la Gazzetta Ufficiale n° 27 du 3 février 1941), qui avaient tous deux pour objet « Nouvelles dispositions pour l'organisation des services anti-incendie », instituent le Corps national des sapeurs-pompiers, qui comprend « autant de Corps de sapeurs-pompiers qu’il y a de provinces dans le royaume ».

C’est à ce moment-là que les pompiers prennent officiellement le nom de « sapeurs-pompiers ». Quant au Corps des sapeurs-pompiers d’Aoste, il devient le quatrième Corps des sapeurs-pompiers (par ordre alphabétique, après celui d’Ancône et avant celui de L'Aquila) et sa devise est « Semper ubique auxilium ferens ».

La loi n° 469 du 13 mai 1961 (publiée sur le supplément ordinaire de la Gazzetta Ufficiale n° 145 du 15 juin 1961) portant organisation des services anti-incendie et du Corps national des sapeurs-pompiers, ainsi que statut et traitement des sous-officiers, des sapeurs-pompiers spécialisés et des sapeurs-pompiers du Corps national des sapeurs-pompiers, supprime les corps provinciaux et découpe le Corps national des sapeurs-pompiers en « Commandements provinciaux ».

La première intervention législative visant à organiser et à mieux définir les tâches et les activités des sapeurs-pompiers volontaires a consisté en l'institution du Corps régional des sapeurs-pompiers volontaires par la l.r. n° 38 du 31 mai 1983 ; mais la véritable reconnaissance et le consensus autour de cet important service de prévention et de secours ne se concrétisent qu’avec l’entrée en vigueur de la l.r. n° 37 du 27 mai 1988, portant dispositions pour le volontariat des services contre les incendies – protection civile – Corps valdôtain des sapeurs-pompiers volontaires. En 1988, la structure moderne du Corps valdôtain des sapeurs-pompiers volontaires, composante principale du projet de protection civile de la région, est donc établie.

Avec la loi régionale n° 7 du 19 mars 1999 portant réglementation des services d'incendie de la Région Vallée d'Aoste, la Région réglemente, dans le cadre de son territoire, les fonctions de prévention et d'extinction des incendies, ainsi que les services de secours technique urgent de son ressort, en remplacement des organes centraux et périphériques de l'État, au sens de l'art. 19 de la loi n° 196 du 16 mai 1978 (Dispositions d'application du Statut spécial de la Vallée d'Aoste).

Le transfert, en 1999, de la compétence en matière de sapeurs-pompiers professionnels, du Ministère de l’intérieur à la Région autonome Vallée d’Aoste, puis l’entrée en vigueur, le 1er janvier 2003, de la l.r. n° 20 du 24 octobre 2002, portant réglementation de l'organisation des sapeurs-pompiers volontaires du Corps valdôtain des sapeurs-pompiers, ont contribuéà la réorganisation du contexte opérationnel des sapeurs-pompiers sur le territoire régional : le Corps valdôtain des sapeurs-pompiers est composé de personnel professionnel et de personnel volontaire.

La tradition séculaire de solidarité des petites communautés de montagne est encore bien vivante aujourd’hui, à l’aube du troisième millénaire, grâce au personnel volontaire du Corps valdôtain des sapeurs-pompiers : en effet, de nombreux détachements ont déjà fêté leur siècle d’activité.

La présence de 76 détachements dans 73 des 74 communes de la Région autonome Vallée d’Aoste est la preuve de l’enracinement de ce « service » dans une population qui, depuis toujours, a dû trouver en elle-même la force de lutter et de réagir aux adversités de la vie et, notamment, de la vie en montagne. C’est en effet sur la solidarité que reposait l’engagement demandé aux « hommes valides » et chaque commune avait son règlement, qui définissait leurs actions et leurs domaines d’intervention.

À l’heure actuelle, le Corps valdôtain des sapeurs-pompiers est réglementé par la loi régionale n° 37 du 10 novembre 2009.

 

 

Corps valdôtain des sapeurs-pompiers



Retour en haut