Elenco Numeri Regione Autonoma Valle d'Aosta

Botanique

L’ARBRE À PAIN: LE CHATAIGNER

Le Châtaigner à été surnommé “arbre à pain” parce-que ses fruits remplacaient les céréales dans certaines régions de la Méditerranéé. En Vallée d’Aoste aussi, dans les communes de la Basse Vallée, on rappelle bien les qualités nutritives de la châtaigne qui ont permis la survivance des populations dans les périodes de disette

di Edi Pasquettaz
(Direction des forêts)
Le Châtaigner (Castanea sativa Mill.) est un arbre à feuilles caduques qui appartient à l’Ordre des Fagales et à la Famille des Fagaceae.

L’espèce, originaire du Moyen Orient, est diffusée dans toutes les régions de la Méditerranéé, Europe méridionale (de l’Espagne à la Grèce, jusqu’à la Roumanie, Hongrie et Bulgarie), le Caucase, les côtes de l’Afrique (Tunisie, Algérie, Maroc) et l’Asie Mineure (Turquie).



Châtaigner en fleur au mois de juin.
Les chatons mâles sont disposés à la base
des rameaux, les chatons femelles sont
disposés au sommet

Dans plusieurs lieux en Europe le Châtaigner à été planté au cours de l’expansion romaine mais la culture de cette espèce se développa considérablement au cours du Moyen Age et jusqu’à la fin du 18ème siècle. Avec d’autres cultures essentielles la châtaigne a rassasié pendant des milliers d’années de nombreuses communautés rurales.

Chez nous ce fruit délicieux était appelé le “pain des pauvres”, pour bien faire comprendre qu’il était la seule nourriture en période de disette. La culture de la châtaigne présente en outre le gros avantage d’être associée à d’autres cultures et au paturage, aspects importants dans une économie rurale renfermée.

Au Val d’Aoste le Châtaigner est répandu en forme de peuplements surtout dans la Basse Vallée, de Pont-Saint-Martin à Châtillon.
Par petits groupes on le trouve aussi, soit à l’adret que à l’envers (ubac), dans la Vallée centrale jusqu’à La Salle et dans les parties inférieures des vallées latérales: Pont-d’Aël et Ozein dans la Vallée de Cogne, Challand-Saint-Anselme et Challand-Saint-Victor dans la Vallée d’Ayas, Perloz et Fontainemore dans la Vallée du Lys, Pontboset dans la Vallée de Champorcher.

La zone du Châtaigner ne dépasse pas l’altitude de 1.100 m.
Le nom de l’espèce vient du latin Castanea, lui-même dérivé du grec Kastanon.
Dans notre région pour identifier le Châtaigner on employe les mots suivants: Tsahagné (Haute Vallée), Tsatagnì (Moyenne vallée), Ebbro (Fontainemore et Lillianes).

Le Châtaigner représente le 8% du nombre total d’arbres présents dans notre région et le 6% du volume total.
La situation actuelle des peuplements de Châtaigner est fortement marquée par l’activité de l’homme dans le passé. Le Châtaigner était cultivé pour la production de la châtaigne, puis, à cause des maladies qui ont atteint cette espèce dès le début du 19ème siècle, les futaies ont été transformées en taillis, plus résistants à la maladie, et finalement plusieurs cultures ont été abandonnées par manque d’intérêt économique.



CARACTERISTIQUES BOTANIQUES ET BIOLOGIQUES
Le Châtaigner est une essence de demi-lumière, sensible aux hivers rigoureux, il entre en végétation tardivement.
Il a également une grande longévité. C’est un arbre qui préfère les sols siliceux, schisteux, granitiques et alluviaux. L’espèce est acidophile.

Port: le Châtaigner est un arbre majestueux, à cime large bien branchue, haut d’une trenteine de mètres, avec un tronc fort qui peut atteindre un diamètre à la base considérable. Un exemplaire de chez-nous, le Châtaigner monumental de Derby dans la commune de La Salle, atteint une hauteur de 27 m et un diamètre à la base de 2 m et 43 cm, une circonférence de 7 m et 64 cm, son âge est supérieur à 500 ans.




Les châtaignes sont enveloppées par une
bogue épineuse. Les feuilles sont grandes,
oblongues-lancéolées, dentées


Feuilles:disposées en spirale avec pétiole court, sont grandes, oblongues-lancéolées aiguës, dentées, vert luisant dessus. La couleur à l’automne est variable du jaune clair au roussâtre,

 


















Chatons au mois de juin, longs
et de forme cylindrique


Fleurs: le Châtaigner fleurit de début juin à début aôut, l’arbre est monoïque: on trouve sur le même arbre des fleurs unisexuées. Chatons mâles longs, de forme cylindrique, dressés à la floraison, disposés à la base des rameaux, couleur jaune pâle, odeur de miel. Chatons femelles réunis par trois et disposés plus au sommet:.


Fruits:
la châtaigne est un fruit sec de type akène; au nombre de 3 ou 4 les fruits sont enveloppés par une “bogue” (it.= “riccio”) épineuse de couleur vert. La châtaigne est formée par une partie interne (amande) enveloppée par une pellicule astringente et par un tégument extérieur. La bogue s’ouvre à maturité (octobre) en quatre valves ayant chaqu’une une châtaigne.




La châtaigne est un fruit sec de type akène,
en nombre de trois - quatre dans chaque
bogue




















Bourgeons: ovoïdes, brun-rouge.



Châtaigner adulte: l’écorce a une
couleur brun-foncé, elle est fissurée

Ecorce: pendant la jeunesse l’écorce est lisse, de couleur gris-argenté, puis devient brun foncé et enfin fissurée longitudinalement.

Bois:
dur, se fendant facilement, il est riche en tannin (de 7 à 10% sur le poids sec) ce qui explique la
résistance exceptionnelle contre les moisissures et l’humidité.
La facilité de le fendre et la résistance à la corruption dans le sol ont favorisé son utilisation pour les échalas des vignes. Il est également utilisé en ébénisterie (meubles), menuiserie (portes et fenêtres), en petite charpente (poutres des maisons) et en tonnellerie (tonneaux pour le vin). Le taillis de Châtaigner permet d’obtenir des perches pour les utilisations agricoles.

L’année 1992 on a effectué un recensement de tous les Châtaigners de notre région qui avaient les caractéristiques prévues par la loi régionale n. 50 du 20 août 1990, portant protection des arbres monumentaux, et on a défini les dimensions (hauteur, diamètre, circonférence, âge), l’emplacement, les conditions phytosanitaires et la variété des châtaignes.


Maladies: les châtaigneraies ont subi depuis le début du siècle 19ème un déclin progressif à cause de maladies cryptogamiques.
On rappelle la maladie du «chancre cortical» due à un champignon Cryphonectria parasitica, qui peut même porter à la mort de l’arbre et la maladie «de l’encre» Phytophtora cambivora Petri (le champignon atteint le collet de l’arbre) et Phiytophtora cinnamoni (le champignon atteint les racines).


Curiosités: le Châtaigner, nous l’avons dit, à de multiples fonctions et dans le passé a eu un rapport bien marqué avec le monde rural.
Le grand intérêt pour les châtaignes dépendait de plusieurs facteurs: le fruit se conserve facilement, on peut le consommer soit frais que sec, entier ou moulu; seul ou avec d’autres aliments. La farine de châtaignes était mélangée à la farine de seigle pour la fabrication du pain noir. 



Châtaigner monumental de Derby.
Hauteur: 27 m; diamètre: 243 cm;
circonf.: 764 cm; âge: 500 ans

Ce fruit était tellement important qu’il apparaissait aussi dans les actes et documents de partage, testaments, donations et échanges.
La propriété des arbres et du terrain pouvaient être de deux ou plus propriétaires différents; en certains cas le même arbre appartenait, par divisions des branches, à plusieurs propriétaires.


Sylviculture: les châtaigneraies à fruits doivent être maintenues et améliorées par des opérations d’élagage et des coupes phytosanitaires. Le traitement des taillis dépend des produits qu’on leur demande; aujourd‘hui l’emploi du Châtaigner pour le bois de chauffage impose des termes d’exploitabilité de 20-25 ans.

Enfin dans les peuplements mélangés avec d’autres feuillus et situés dans des lieux éloignés des routes on peut aider la transformation en futaie avec des interventions périodiques d’éclaircie pour favoriser les espèces nobles.
Pagina a cura dell'Assessorato dell'Agricoltura e Risorse Naturali © 2018 Regione Autonoma Valle d'Aosta
Condizioni di utilizzo | Crediti | Contatti | Segnala un errore