Approfondissements

PARCOURS DE VISITE
Dans le but de protéger le site archéologique et l'installation muséographique deux voutains en ciment ont été réalisés qui permettent, tout en créant un parcours suggestif, de jouir d'un contact visuel direct avec les fouilles. On y accède par une grille contigüe au portail latéral, sur le côté gauche de l'église. D'en haut, on jouit d'une vue d'ensemble des bras Nord et Ouest. Au centre de ce dernier on peut voir le seuil d'entrée original de l'église cruciforme.

Le long du parcours, des panneaux didactiques illustrent l'histoire du site et les phases de construction de l'église. D'autres panneaux présentent la ville d'Aoste romaine et paléochrétienne, les rituels funéraires, les divers types de sépultures, les inscriptions tombales, les fouilles stratigraphiques ainsi que le travail complexe de l'archéologue.
Le parcours supérieur est accessible aussi aux personnes à mobilité réduite et une passerelle permet l'accès à la partie centrale de l'édifice où l'on peut voir le presbytère et l'abside orientale. Sur la paroi de droite sont exposées les pierres tombales de l'évêque Agnellus et des évêques Gratus (inhumé le 7 septembre 470) et Gallus (inhumé le 5 octobre 546).

 

 

L'EGLISE PALEOCHRETIENNE
Toute la surface de l'église paléochretienne est occupée par des tombes de différents types, qui se sont multipliés depuis sa fondation jusqu'au VIIIe siècle, lorsque a été massivement détruite par un incendie.
L'édifice, qui mesure 32 m de long sur 32,50 m de large, a été construit avec le remploi de nombreux blocs, ce qui témoigne que, à cette époque, quelques monuments publics romains avaient déjàété abandonnés.
L'entrée principale, dans l'abside occidentale, est précédée d'un porche, tandis que les entrées secondaires permettent de traverser les bras de l'église ainsi que les deux annexes de part et d'autres du chœur. Ce dernier est caractérisé par un banc semi-circulaire (synthronos) placé en avant de l'abside.

Au centre de l'église se trouve la solea, un espace clôturé qui relie l'entrée et la zone du presbytère réservée au clergé. La solea surgit sur un reliquaire autour duquel sont disposées des sépultures privilégiées, dont quelques-unes ont abrité les corps des premiers évêques d'Aoste. En particulier, celle de l'évêque Agnellus (mort en 528), adossée à l'enclos, a été trouvée intacte lors des fouilles archéologiques.

 

 

L'EGLISE MEDIEVALE ET MODERNE
Dans le courant du Haut Moyen Age, un édifice à nef unique et de dimensions réduites est reconstruit sur l'emplacement de la solea et de l'abside orientale de la précédente église cruciforme. Ce nouveau sanctuaire présente une abside orientale semi-circulaire bâtie sur les fondations de la précédente abside polygonale. Un narthex précède la façade occidentale. Dans deux sépultures contemporaines, adossées à la façade intérieure, on a retrouvé quelques objets liturgiques (calices et patènes) en étain, relatifs à la fonction sacerdotale des défunts.

Les fouilles stratigraphiques signalent une série d'inondations du torrent Buthier, remontant à cette période, attestées par d'épaisses couches d'alluvions. C'est ce qui explique les nombreuses transformations qui ont intéressé cet édifice à la fin du premier millénaire. En effet, l'église est de nouveau modifiée dans le courant du XIe: elle est prolongée vers l'Ouest et dotée d'un porche sur le côté sud. Elle subira d'autres transformations au cours des XVe et XVIe siècles, époque à laquelle remonte le portail gothique latéral, et au XVIIe siècle, lorsque l'orientation de l'abside est modifiée et le porche est construit en façade. L'église, siège paroissial jusqu'à 1793, est, aujourd'hui, le siège d'expositions et de manifestations culturelles.

 



Retour en haut