Parcours de visite

Défini par Edouard Aubert comme le plus beau monument de l'époque féodale en Vallée d'Aoste, le château est un cube imposant d'environ 30 mètres de côté, couronné d'épais corbeaux qui soutiennent la crénelure, couverte ensuite par le toit.

Une fois dépassée l'anti-porte qui s'ouvre dans l'enceinte fortifiée, accessible aussi à cheval par le pont-levis, on rencontre le bâtiment destiné au corps de garde situé devant l'entrée du château. Le portail d'entrée introduit dans un porche (1) défendu par un mâchicoulis dissimulé dans la voûte; une seconde porte, anciennement protégée par une sarrasine, donne accès à la cour du château (2).

Autour de cet espace carré le corps de bâtiment est disposé en anneau sur trois étages, réunis par un escalier monumental en pierre implanté sur des arcs rampants. La régularité géométrique de la structure et l'essentialité de la décoration, confiées uniquement aux détails en pierre verte et blanche travaillée, s'assortissent au caractère militaire de l'édifice et dénotent par ailleurs l'habileté et les compétences de ceux qui travaillèrent à Verrès.

Au rez-de-chaussée, s'ouvrent deux grands salons symétriques qui occupent entièrement les côtés est et ouest du château. La cuisine est située au sud (3). Le salon oriental (4), probablement destiné au magasin de l'artillerie à l'origine, est couvert d'une voûte en berceau. La salle d'armes, située à l'ouest (5), à voûte en ogive est de grand intérêt: elle contient deux cheminées monumentales aux montants façonnés; le doublement des maçonneries et les autres indices émergés au cours de la restauration récente attestent la superposition de plusieurs campagnes de construction.

Les pièces du premier étage, réservées aux seigneurs du château, sont éclairées par d'élégantes fenêtres géminées de style XIVe, plus grandes que celles des autres étages. La grande salle à manger (6) est reliée par un passeplats à la cuisine des maîtres (7). Ce dernier local, doté de trois grandes cheminées présente une voûte bohémienne en pierre, refaite à l'époque de René de Challant, unique couverture d'origine encore existante dans le château; digne d'intérêt également, la cheminée sur le côté nord, de dimensions exceptionnelles et richement décorées de moulures et de petits piliers.
Au second étage (non ouvert au public) se trouvent les appartements de service reliés par un escalier en bois à l'étage des mâchicoulis.

 

Châteaux



Retour en haut